NEWS STAND UP 🎤

The show must go on !

Happy GIF - Find & Share on GIPHY

Sans surprise, nous étions au Monk Comedy ce mercredi aux côtés de Thomasisfrench Yassernassiif Janagan_christy et Adelfugazi ! 🎤

Raul a pu tester une nouveauté et il semblerait que les petits privilégiés aient apprécié. 😜

Bonne nouvelle : Raul sera au Théâtre du local Belleville le 1er juin à 19h30 pour la première partie de Yassernassiif. 🔥

Et pour les représentations plus proches, Raul sera au Don-K Comedy Club ce vendredi 20 mai à 20h.

SPOILER ALERT ! Bientôt des news pour un autre comedy club ! 🤫🤫

Restez connectés !

Les belles rencontres

« Ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité ».

J’aime cette citation car elle est vraie !

Mercredi, Raul a joué à nouveau au Monk Comedy.

Peut-être est-ce à cause du match ? Mais le public n’était pas très nombreux. A dire vrai, ils n’étaient que 2 à les regarder.

A la vu du nombre de personnes, beaucoup d’humoristes qui devaient se présenter ont préféré désister. Mais Raul et deux autres humoristes n’ont pas abandonné.

Il a toujours dit que si une personne était avec lui, il jouerait comme si 10000 le regardaient. Et c’est ce qu’il s’est passé.

Mike et Jonathan étaient venu pour passer un bon moment et c’est que Raul a tenté de leur offrir.

Après le show, nous avons tous les 4 décidé d’aller regarder la fin de ce match au détour d’un verre/repas. Et nous avons passé un très bon moment.

Une tournée mémorable

Il y a eu des déceptions et des jours très heureux durant cette première tournée.

Comedy GIF - Find & Share on GIPHY

La première tournée de notre spectacle RAUL, LE GAI BRÉSILIEN s’est achevée samedi soir. Et quelle séance les amis !

Cette tournée a été pleine d’émotions ; séances annulées, séance avec 1 personne, 2 personnes… Mais on n’a jamais lâché. Malgré certaines péripéties, nous sommes arrivés au bout de cette tournée.

Nous sommes à la fois très heureux et un peu triste car pendant 1 mois, nous avons joué tous les week-ends.

On remercie toutes ces personnes qui ont cru en nous et qui sont venues nous voir.

On a une pensée particulière pour nos proches, nos amis qui sont venus nous voir : Yannick, Clémence, Fafa, Françoise, Solène, Eric, Marlène, Philippe et Roland.

Merci du font du coeur d’avoir pris le temps de venir nous soutenir.

Vous savez, beaucoup de personnes ont dit qu’ils allaient venir nous voir et très peu l’ont fait. On ne peut obliger personne à venir. En revanche, on aura une reconnaissance éternelle pour ceux qui sont venus et qui croient en nous.

Bientôt un article spécial avec nos plus beaux clichés avec vous. Merci ! ❤️

LE SYNDROME DU SAUVEUR

J’aimerais pouvoir aider mais malheureusement, ce n’est pas possible.

Merde GIF - Find & Share on GIPHY

J’ai souffert pendant longtemps avant de comprendre : les gens ne changeront pas parce que tu leur a montré le bon chemin ou parce qu’ils ont apprit que ce qu’ils sont en train de faire n’est pas bien.

Le changement exige, au delà du courage de faire le premier pas, le besoin d’un investissement personnel géant.

Je croise régulièrement des gens frustrés qui malheureusement, sont perdus dans la prison qu’ils ont eux mêmes créé pour eux.

J’ai grandi avec ce  » syndrome du sauveur  » sans comprendre pourquoi ma vie personnelle ne fonctionnait pas.

Je suis le fils de parents séparés.

Mon père était un pervers narcissique très violent, surtout quand il prenait des substances illicites. Fils adopté, il a été abandonné à l’hôpital par sa vraie mère. La raison ? Il serait le  » produit  » d’une relation extra-conjugale. Il ne s’est jamais remis de cet abandon.

Ma mère m’a eu à l’âge de 16 ans. Issue d’une famille brésilienne très pauvre, la violence était la façon dont elle a apprit à éduquer. J’ai 36 ans et encore aujourd’hui j’ai des flashes des moments où j’étais battu parfois sans raison valable.

Petit, j’ai vu mon père agresser ma belle-mère et ma grande-mère adoptive. J’étais constamment menacé et malheureusement j’ai encore des frissons quand je pense à lui.

A l’âge de 18 ans, un jour, un peu alcoolisé et drogué, il a décidé de venir me battre. J’avais 18 ans de rage accumulés… Je l’ai mis KO.

En grandissant, quand j’ai fêté mes 17 ans, ma mère insistait sur le fait que j’étais une personne issue d’une  » famille pauvre  » et que le seul et unique moyen de m’en sortir c’était de travailler et abandonner les études.

Avec une grosse divergence d’opinion, je suis viré de sa maison. Ma famille suit le chemin et me ferme les portes en disant  » ne pas vouloir de problèmes avec mes parents « .

Je suis seul.

J’ai grandi sans espoir mais avec une grande envie de montrer à ma famille qu’ils avaient tord.

J’avais une rage tellement puissante ! Ce sentiment m’a fait supporter toute sorte d’humiliations possibles et inimaginables.

J’avais besoin de prouver qu’ils avaient tord, que j’étais quelq’un de bien. Simplement une personne qui voulait vraiment vivre ses rêves.

J’ai essayé de remplacer ma famille mais c’est impossible… Il y aura toujours un vide chez moi.

Peut-être est-ce bien pour cela que je crois encore en l’être humain. J’aurai toujours l’espoir de rencontrer un nouveau papa, maman, tonton…

Je tombe régulièrement car les gens me montrent qu’eux suivent simplement le chemin qui leur a été imposé par la société tandis que moi les vois comme des vrais personnes capables de changer leur vie et leur entourage… Comme moi.

Partager l’amour qu’on ressent pour ses proches

On parle souvent des personnes célèbres qui nous inspirent. Et si on prenait le temps de parler de ceux qui sont proches de nous ?

Lorsque j’ai connu Raul, comme beaucoup, je voyais quelqu’un de fou, avec beaucoup de rêves impossibles à réaliser.

Trois ans (bientôt 4) plus tard, je vois toujours quelqu’un de fou avec beaucoup de rêves. Mais je l’ai suivi car ces rêves que je croyais impossibles à réaliser, j’ai décidé de l’aider à faire en sorte qu’ils voient le jour.

Je l’ai suivi dans cette aventure folle.

L’aventure de réaliser ses rêves.

Pas uniquement parce que je l’aime mais bien parce qu’il travaille dur pour y arriver !

Raul est une personne qui travaille énormément.

Beaucoup ne s’en rendent pas compte ou uniquement « sur papier ». C’est à dire que vous voyez tout ce qu’il fait mais pour vous « c’est facile » car il ne fait « que s’entraîner », « que faire du sport », « que… ».

Beaucoup voient uniquement la couche superficielle sans se pencher sur ce que tout cela demande comme énergie.

Cette vie, c’est beaucoup de sacrifices.

Il s’entraîne comme un fou. On démarche sans arrêt et au bout d’un moment, ça paye :

Quelques scènes de stand up à partager s’ouvrent à lui et ce n’est que le début de cette aventure.

Je le vois commencer à réaliser son rêve d’humoriste sur la scène française.

Le théâtre n’a pas toujours été rempli mais il a quand même continué à jouer et on a continué à croire en son projet.

Il a commencé dans la rue, dans les petits cirques et finalement il a pu aller au Cirque du Soleil. Alors pourquoi ne pourrait-il pas commencer dans les cafés pour finir à l’Olympia ?

D’ailleurs, si vous voulez le voir pendant qu’il est encore facilement accessible (oui, parce que je crois qu’il va continuer à grimper et pouvoir finalement aller dans ces théâtres de 10000 personnes), la dernière séance de Raul, Le Gai Brésilien se passera ce samedi 7 mai à 19h30 au théâtre Pandora.

Vous pouvez réserver votre place en cliquant ici ou directement sur l’affiche juste au dessus.